Novembre 2007

Tante Babette

Licence Creative Common by SA
vendredi 8 décembre 2017 par matthius

Je n’ai pas mis les bonnes chaussures ce matin. Je vais à un rendez-vous d’affaires avec des baskets. Alors comme j’y vais à pied voilà une bonne raison pour montrer ma sportivité. Je descends donc la place Eugène Aulnette, cette place du célèbre sculpteur rennais, pour me diriger vers la rue de Saint-Malo. Attention ! Ce n’est pas parce que j’ai des chaussures pour aller vite qu’il ne faut pas éviter les crottes de chien. Avoir comme ambiance celle d’une station d’épuration ne me serait pas favorable.

Je continue donc à faire mon slalom tranquillement. La rue de Saint-Malo est alors à mes pieds pour trouver l’entreprise du rendez-vous. Après quelques recherches dans les pâtés d’entreprises je vois le numéro dans lequel j’aurai à faire. On ne m’avait pas donné par téléphone le nom de l’entreprise à chercher, seulement le numéro de rue. Il s’agit de l’entreprise « Tante Babette ». Cette tante m’avait demandé de créer son site Web à moi l’informaticien indépendant et volontaire. Elle s’était confiée par téléphone comme étant Élisabeth GUIGOU en me disant qu’elle n’était pas politicienne.

Je sonne à l’écouteur. Tante Babette prend une profonde inspiration et me dit :

  • Êtes-vous bien celui à qui je pense ?
  • Je suis bien votre informaticien préféré, Madame GUIGOU.
  • Appelez-moi Tante Babette. Nous aurons des affaires à faire ensemble. Savez-vous que j’ai déposé ce nom comme marque d’entreprise ?
  • Vous être prévenante, ma tante !
  • Tante Babette ! Insista-t-elle.
  • Je rentre Tante Babette.
  • Ne vous en faites pas je ne vais pas vous demander de l’argent pour avoir utilisé mon nom d’entreprise. Je ne suis pas MICROSFT cher Monsieur !
  • Je voyais donc à qui j’avais à faire. Babette se renseignait sur le milieu qu’elle voulait pénétrer. Ce serait un client informé.

J’entre dans l’immeuble. Je monte les escaliers. Puis je sonne et rentre chez « Tante Babette ». Babette se présente alors comme ceci :

  • Bonjour ! Je suis écrivain et j’ai besoin de vous pour devenir éditrice.
  • Vous tombez bien ! Je connais le marché. Connaissez-vous l’encre électronique ?
  • Il s’agissait de la toute dernière invention électronique qui permettrait à ses clients de lire sans avoir besoin de papier.
  • Oui ! Mais on verra plus tard pour ce marché. Moi je veux mon site électronique. Qu’avez-vous à me proposer ?
  • Attendez ! Je sors mon ordinateur portable.
  • Je lui présente alors grâce à mon ordinateur portable la toute dernière version d’un site de commerce électronique « Source ouverte » ou « Open Source ».
  • C’est quoi un site « Source ouverte » ? Me fit-elle.
  • C’est un projet que quiconque a le droit d’utiliser. Celui-ci est utilisable commercialement. D’autant plus que c’est un site Web E-Commerce Open Source.
  • Dans ma tête je pensais avoir aligné trop de mots incompréhensibles.
  • Ces informaticiens, ils veulent vraiment tous parler en anglais pour se la jouer. Bon ! Je le veux ! Installez le moi sur mon espace personnel qu’on n’en parle plus ! Je vous paierai après. Ça vous va !
  • Elle se rappelait comment je lui avais présenté les choses mais je lui expliquais qu’il fallait ensuite se revoir pour référencer son site.
  • D’accord ! Me fit-elle.

Content de l’affaire je repars de chez elle et vais prendre le métro pour me renseigner sur mon client. Mauvaise surprise le quai du métro est noir de monde. Aurais-je assez de temps pour me renseigner sur elle ? Intuitivement je retourne chez moi pour me renseigner sur INTERNET.

Arrivé chez moi, j’allume mon ordinateur et je fais ma recherche. Je ne tombe que sur des pages présentant Élisabeth GUIGOU la politicienne. Arrivé en dernière page des recherches je trouve une auteur méconnue dans une minuscule boîte d’édition avec un ouvrage. C’est bien Tante Babette. Je vais ensuite chercher l’entreprise « Tante Babette » et trouve bien Élisabeth GUIGOU éditrice. Il y a bien une base de départ. Tante Babette aura son site Web E-Commerce Open Source.